Projet éducatif

Le Projet à destination des étudiant(e)s
ENEP (anciennement E-ram) Centre de formation professionnelle du CAC PANAZOL

Le Centre d’Animation Communale de Panazol (CAC) est agréé centre social depuis 1998 et a pour objet, dans le cadre de cette activité, de susciter le développement d’activités à caractère culturel, socioculturel, économique ou sportif.

Le CAC a créé en 2008, une activité organisme de formation appelée E-RAM (Ecole Régionale d’Animation) qui organise et propose des formations professionnelles menant à l’obtention du BPJEPS Animation Sociale, du BPJEPS Loisirs Tous Publics, de l’UCC Diriger un Accueil de Mineurs, du DEJEPS Animation Sociale et du DEJEPS Développement de Projets, Territoires et Réseaux.

L’organisme de formation est habilité depuis 2008. Son évolution et la richesse de son partenariat nous ont invité à développer les activités de formation. Ainsi, eRam, associé aux travaux du réseau éducation populaire, pourrait, à moyen terme changer de dénomination et devenir l’école nationale d’éducation populaire.

E-Ram a impulsé la création de l’association l’Anim & Vous, constituée et dirigée par des étudiant(e)s (anciens ou en cours de formation au sein de l’organisme) dont l’objet est de promouvoir les savoir faire des métiers de l’animation et de mettre en relation les animateurs du territoire. Le siège social de cette association est situé dans les locaux de l’organisme de formation. Le président d’Honneur et parrain de cette association est notre ami Jean-Claude GILLET.

E-Ram a organisé les 1ères et 2èmes Rencontres de la Jeunesse et de l’Education Populaire le 6 Juillet 2013 et le 21 Juin 2014. Les associations représentées lors de la première édition furent le CRAJEP, le Réseau Education Populaire, Arc en Ciel Théâtre. Cette opération a reçu le soutien de la Direction Régionale de la Jeunesse et des Sports du Limousin, de la Région Limousin, de la ville de Panazol, de la revue Lien Social et du Journal de l’Animation. L’initiative a vocation à être reconduite chaque année.

Le 16 avril 2015, E-ram est devenu ENEP : Ecole Nationale d’Education Populaire.

 

Intentions et démarches éducatives de l’organisme de formation

Les formations proposées par notre organisme s’inscrivent dans une démarche d’Education Populaire. Une Education Populaire adaptée aux réalités du monde d’aujourd’hui, qui, sans renier les valeurs qu’elle véhicule, doit favoriser l’efficacité, le pragmatisme et la simplicité. Une Education Populaire, qui aujourd’hui peut-être encore plus qu’hier, doit être non seulement expliquée et racontée aux acteurs ou aux futurs acteurs de celles-ci mais qui doit se développer pour être appropriée par le plus grand nombre. L’importance de celle – ci est d’autant plus primordiale dans un contexte social, culturel et économique difficile.


Nos intentions éducatives :

– Un travail important sur la confiance en soi et sur l’estime de soi, base essentielle pour encourager tout enrichissement culturel et intellectuel, pour renforcer la notion de « libre arbitre » et l’esprit critique.

– La valorisation des étudiant(e)s à travers leurs prises de paroles, leurs propositions, leurs actions chaque fois que cela est possible.

– L’encouragement de la curiosité culturelle et intellectuelle. Proposition de lectures, d’œuvres culturelles, pièces de théâtre, films, etc., temps d’échanges culturels entre étudiant(e)s.

– Le travail sur les représentations initiales en animation, les formulations et la déconstruction de celles-ci si besoin. Apports des savoirs, échanges et partage au sein du collectif.

– Une théorie qui vient interroger la pratique – Une pratique qui interroge la théorie. Allers / retours permanents entre théorie et pratique à travers les expériences professionnelles ou des mises en situation. Observations, recherches, analyses, actions, évaluations.

– Acquisition de méthodologie de travail – Apprendre à apprendre.

Notre méthodologie et notre pédagogie sont celles de l’échange, de la curiosité, du savoir maîtrisé au service de l’action, du bon sens, de l’initiative, du dynamisme, de la joie et du sens des responsabilités. L’animateur doit « donner de la vie ». Il doit pouvoir agir et réfléchir avec sérieux sans toutefois « se prendre toujours au sérieux. »

 

Les exigences de notre engagement éducatif

– L’exigence des connaissances sur les règles de sécurité.

Nous pensons que nous ne pouvons être un bon animateur sans maîtriser les règles et lois qui régissent les conditions d’accueils des mineurs et l’organisation des activités qui leurs sont proposées. Un directeur a besoin de s’entourer de compétences solides. Un bénévole, un élu, a besoin de savoir que l’animateur qui mènera le projet éducatif possède une connaissance accrue des conditions de sécurité, des lois et des règlements. Un parent a besoin de savoir que les adultes ou jeunes adultes qui encadreront son enfant maîtrisent ces exigences et font preuve de bon sens. Il s’agit là des fondations même du métier d’animateur et nous pouvons difficilement construire sur des fondations fragiles. Nous reviendrons donc inlassablement sur ces apports durant toutes nos formations et nous mettrons l’accent sur l’évaluation de ces connaissances.

– L’exigence d’une association entre savoir, savoir-faire et savoir-être.

Le Savoir : il est l’addition de l’expérience, des connaissances, des rencontres, et des compétences acquises durant une formation. L’apport théorique et culturel constitue un socle auquel nous ferons constamment appel durant les sessions et auquel les étudiant(e)s doivent se référer. Les méthodes, les outils, les « matériaux » – comme l’écrit Meirieu – s’acquièrent durant cette période de formation. Les responsabilités que nous aurons à assumer devront nécessairement s’appuyer sur les connaissances théoriques maîtrisées par les étudiant(e)s ce qui sous-entend nécessairement la compréhension de ces apports.

Le Savoir-faire : nous pensons que ce n’est pas ce que nous savons mais plutôt ce que nous faisons avec ce que nous savons qui compte. L’acte constitue le prolongement de la connaissance. Savoir – faire, c’est adapter, analyser une situation et proposer une réponse en fonction de celle-ci. Le savoir-faire s’acquiert avec la pratique et l’observation rigoureuse des animations et des comportements de celles et de ceux qui ont parfois davantage d’expérience. Il suppose également la permission de douter et de ne pas faire quand on ne sait pas faire. Il impose enfin de ne pas faire ce que l’on ne doit pas faire. De ne pas faire ce qui ne relève pas de ses compétences ou de ses missions. C’est mesurer l’impact d’un acte avant d’entreprendre celui-ci. C’est aussi savoir faire des choix et assumer ces choix. C’est faire appel aux compétences extérieures dont le projet a besoin et savoir à la fois où aller chercher ces compétences pour s’en entourer.

Le Savoir – être : c’est adopter un comportement qui s’adapte à une situation. C’est participer activement à un travail d’équipe en essayant de faciliter celui-ci via des attitudes et des comportements qui soient en cohérence avec les attentes et les objectifs de celle-ci. C’est aussi respecter cette équipe en étant responsable et créatif. C’est respecter un enfant, un groupe d’enfant, un partenaire, un parent. C’est mobiliser une réflexion qui facilite la compréhension et l’analyse d’une situation. C’est aussi avoir un comportement qui facilite l’efficacité. Et puis c’est impulser une dynamique et être à l’écoute. C’est permettre à un enfant de s’épanouir individuellement au sein d’un groupe. C’est permettre et favoriser la convivialité, le rire, le plaisir d’être ensemble et de partager.

– L’exigence de la culture : outil d’émancipation

Le savoir, c’est la Liberté ! Le savoir est moteur de l’esprit critique. Il s’acquiert par le travail, par la curiosité, par le désir de découvrir. Il s’acquiert par le voyage, par le partage, par la rencontre et par la culture. La culture émancipe !

Notre intention éducative est d’enrichir nos contenus de formation par des rencontres culturelles et de permettre le débat.

– L’exigence de la sensibilisation

Notre projet de formation porte une attention toute particulière à travailler avec les étudiant(e)s sur les problématiques liées aux comportements addictifs, à la sexualité, à la laïcité, aux discriminations, à la violence sous toutes ses formes. Le principe de Laïcité, garantissant la liberté absolue de conscience, sera présenté aux étudiant(e)s de toutes nos formations (histoire et concept).

– L’exigence de la mobilisation pour l’emploi

La formation BAFA peut constituer, pour certaines personnes, une rencontre favorisant l’insertion sociale. Son suivi peut permettre de rompre des situations ou des cycles d’exclusion (scolaire, travail etc.). Elle peut être le moment de rompre des situations d’isolement et de reprendre confiance en soi.

Nous veillerons à prendre en compte ces considérations pour favoriser et pour accompagner ces changements.

Conscients de l’importance que revêt une formation professionnelle ou non professionnelle, nous serons mobilisés au service de la recherche d’emploi pour tous nos étudiant(e)s en les guidant et en les accompagnants à la fois vers les méthodes et vers les employeurs potentiels.

 

En conclusion

Nous portons l’exigence de formations rigoureuses, sérieuses et responsables. Cette exigence, nous l’avons pour nos étudiant(e)s, pour les institutions qui nous font confiance, pour nos partenaires, pour nos élus associatifs, pour les parents, pour les publics des animateurs et pour toutes les structures qui feront confiance aux étudiant(e)s formés ici. A cette fin et dans le souci d’échanger sur les analyses et sur les pratiques nous veillerons et nous continuerons à encourager un travail en collaboration avec toutes les associations d’Education Populaire présentes sur le territoire.

Nous organisons des formations professionnelles ou non professionnelles dans un souci permanent d’évaluation de nos méthodes et de consultation pour que notre projet ne cesse de s’enrichir de nouvelles idées.

Nous n’avons et ne revendiquons aucune certitude quant au projet de formation que nous conduisons mais nous assumons avec humilité les convictions que nous avons et qui se sont construites au fil de nos diverses expériences dans le domaine de l’animation. Bonne formation et belles rencontres à vous…

 

Hubert HURARD

Directeur Général du CAC de PANAZOL – ENEP